Carlo Sommaruga, le DFAE et le terrorisme

0
Der SP Ständerat Carlo Sommaruga (SP Genf), setzte sich 2014 für die Freilassung von Khalida Jarrar ein, eine Vertreterin der Terrororganisation PFLP. Foto Facebook-Konto Carlo Sommaruga, öffentlich zugänglich.
Der SP Ständerat Carlo Sommaruga (SP Genf), setzte sich 2014 für die Freilassung von Khalida Jarrar ein, eine Vertreterin der Terrororganisation PFLP. Foto Facebook-Konto Carlo Sommaruga, öffentlich zugänglich.
Lesezeit: 10 Minuten

Disons que vous deviez décider de ce qui devrait conduire à des sanctions: des problèmes de mauvaise gestion et de gestion ou une haine excessive des juifs. OK, il y en a probablement quelques-uns parmi vous, chers lecteurs, qui n’ont aucun problème avec la montée de l’antisémitisme dans le monde, et on pourrait bien sûr aussi classer la haine des Juifs au sein d’une organisation comme une forme de mauvaise gestion. Mais toute personne moralement stable verrait la haine des Juifs comme le plus gros problème.

Ce n’est pas le cas des fonctionnaires du Département suisse des affaires étrangères (DFAE). Pendant des années, le DFAE a obstinément ignoré, étouffé et relativisé la haine des Juifs des centaines de fois documentée au sein de l’agence de secours palestinienne UNRWA, que les fonctionnaires sont plus que généreux en aidant avec l’argent des impôts suisses.

À ce jour, la Suisse a versé à l’UNRWA plus de 600 millions de francs au total. Rien que pour les années 2014 à 2017, le DFAE a transféré environ 60 millions de francs et de 2017 à 2019 60 millions supplémentaires.

Les paiements ont été temporairement suspendus lorsque le Suisse Pierre Krähenbühl, commissaire général de l’UNRWA, a été soupçonné de mauvaise gestion.

Selon les médias, le «haut diplomate suisse … dans un costume parfaitement ajusté» (Blick) et père de trois enfants aurait eu une liaison hors mariage avec un employé de l’UNRWA.

Après la démission de Krähenbühl et après que l’UNRWA se soit débarrassé de toutes les allégations et, selon le DFAE, l’ONU a assuré dans „deux lettres“ qu ‚“aucun don de fonds n’avait été détourné“ – les dons à l’organisation humanitaire antisémite se sont immédiatement poursuivis, dont dans l’année en cours environ 20-25 millions de francs.

Pour le DFAE, le financement de la haine des juifs n’est évidemment pas un détournement de fonds.

Le DFAE doit se demander pourquoi la prétendue affaire de Krähenbühl, en fait une pétitesse qui se produit parfois dans les parquets de la caste bien rémunérée, a abouti à un gel des paiements, mais pas à la haine génocidaire de l’UNRWA envers les Juifs que le DFAE il y a des années.

La suspension des paiements était «une mesure administrative standard», selon le DFAE, «qui reflète le devoir du DFAE d’utiliser les fonds publics de manière responsable».

„Aucune preuve de discours de haine institutionnalisé“

L’UNRWA a été vivement critiqué au niveau international pour l’agitation antisémite de ses employés, raison pour laquelle certains pays ont cessé de verser des paiements à la douteuse „organisation d’aide“.

Le DFAE continue de désigner l’UNRWA comme son «partenaire stratégique le plus important au Moyen-Orient».

De toute évidence, le DFAE voit le soutien d’une organisation dotée de centaines de millions de deniers publics suisses, dont les membres publient des photos d’Adolf Hitler sur les réseaux sociaux et glorifient des terroristes meurtriers comme Leila Khaled, comme un exemple éclatant de la façon dont la Suisse publique sait comment « utiliser les fonds publics de manière responsable ». En dépit de l’énorme charge de la preuve, le DFAE a fait une déclaration succincte lorsqu’on lui a demandé: «Le DFAE n’a reçu aucune preuve de discours de haine institutionnalisé ou d’antisémitisme institutionnalisé de la part de l’UNRWA».

La journaliste SRF et nouvelle membre du Conseil de la presse suisse Anne-Frédérique Widmann, qui a réalisé un film tendancieux sur l’affaire Krähenbühl qui ne peut être décrite que comme la canonisation propagandiste de Krähenbühl et de l’UNRWA, ne voit pas l’antisémitisme de dix ans de l’UNRWA comme problème décisif. Cela n’a rien d’étonnant.

Selon les recherches de UN Watch, Mme Widmann a régulièrement tweeté du contenu anti-israélien, diffamé la définition de l’antisémitisme de l’IHRA, adopté des accusations d’apartheid contre l’État juif et approuvé une caricature du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu du Süddeutsche Zeitung qui était qualifié d’antisémite, le rapporteur pour avis Dieter Hanitzsch a été limogé.

Les plaintes concernant la couverture médiatique anti-israélienne ne sont pas faciles avec le conseil de presse (voir l’échec du conseil de presse dans le cas de «SRF Global Film Night»). Reste à voir si cette situation déjà déplorable s’aggravera avec la participation de Mme Widmann au conseil de presse. Contribution partagée par Anne-Frédérique Widmann avec l’antisémite est un dessin animé classé.

Von Anne-Frédérique Widmann geteilter Beitrag. Screenshot Facebook

Alors que la cinéaste soumet un «agenda» pro-israélien au chef du DFAE, Ignazio Cassis (FDP), elle positionne le conseiller national SP Carlo Sommaruga comme un témoin clé de Krähenbühl, sans révéler le ressentiment anti-israélien obsessionnel de Sommaruga au public de la télévision.

Une plainte en instance montrera comment le conseil de presse classe cette violation évidente de la «Déclaration des devoirs et droits des journalistes» par l’un de ses membres. Sommaruga, qui a qualifié de manière irrespectueuse Cassis de «stagiaire» après sa critique bien fondée de l’UNRWA, a été un partisan de la photo du mouvement BDS, que le Bundestag allemand classe comme «non seulement anti-Israël dans ses méthodes et ses objectifs, mais largement antisémite »sur leur site Web.

L’appel au boycott d’Israël avec Carlo Sommaruga et d’autres personnalités lancé par BDS Suisse. Photo BDS Suisse.

En 2014, Sommaruga a rendu visite à la militante palestinienne anti-israélienne Khalida Jarrar, membre du Conseil législatif palestinien (PLR), à Ramallah. Sommaruga voulait offrir son «soutien» à son «courageux collègue parlementaire», dont Israël avait prouvé qu’il était terroriste. Jarrar est membre du Comité central du Front populaire marxiste-léniniste pour la libération de la Palestine (FPLP). En réponse à une demande d’Audiatur-Online, Sommaruga a annoncé: «Mme Khalida Jarrar a été élue au PLR sur la liste des« Martyrs Abu Ali Mustafa »au cours d’élections internationalement reconnues».

Abu Ali Mustafa, qui a donné son nom à la liste, était personnellement responsable de 10 attentats à la voiture piégée perpétrés par le FPLP pendant son mandat de secrétaire général (à Jérusalem, Or-Yehuda, Yehud et Haïfa), ainsi que de plusieurs autres attaques.

Apparemment, Sommaruga n’a aucun problème avec un groupe politique qui a le terme „martyrs“ dans son nom. «Je sais aussi qu’elle est membre du FPLP, une organisation politique membre de l’OLP», poursuit Sommaruga.

Der Sozialdemokratische Schweizer Ständerat Carlo Sommaruga (SP Genf), setzte sich 2014 für die Freilassung von Khalida Jarrar, einer Vertreterin der Terrororganisation PLP ein und besuchte sie unter anderem in einem Protestzelt in Ramallah. Foto Samidoun Palestinian Prisoner Solidarity Network
Le Conseil des États du SP Carlo Sommaruga (SP Genève) a fait campagne en 2014 pour la libération de Khalida Jarrar, une représentante de l’organisation terroriste FPLP.

Il lui a rendu visite dans une tente de protestation à Ramallah, entre autres. Photo Réseau de solidarité des prisonniers palestiniens Samidoun / Facebook Le FPLP, engagé dans la «lutte armée», est dirigé comme une organisation terroriste en Israël, au Canada, aux États-Unis, au Japon et dans l‘Union européenne.

Le FPLP, qui s’est catégoriquement opposé au processus de paix avec Israël depuis le début, est responsable, avec ses Brigades affiliées Abu Ali Mustafa, d’attentats suicides, d’attaques à la roquette, d’enlèvements, d’attaques contre les forces armées d’Israël et de bombardements de civils juifs. Le FPLP a avoué à la fois l’attaque sanglante contre une machine israélienne EL-Al à l’aéroport de Zurich Kloten en 1969 et l’attaque terroriste contre Swissair, au cours de laquelle les Palestiniens ont tué 47 personnes à Würenlingen en 1970. Dans ces deux seules attaques, les terroristes palestiniens du FPLP ont assassiné 51 personnes, dont 10 Suisses. Pour le représentant du peuple suisse Sommaruga, cette unité terroriste meurtrière n’est qu’une «organisation politique membre de l’OLP».

Le FPLP, une organisation terroriste qui endoctrine également les enfants et les jeunes et les utilise comme des assassins.Video Quds News Network.

Massacre du FPLP dans la synagogue

Quelques mois après que Sommaruga ait visité la terroriste du FPLP Khalida Jarrar, le FPLP a avoué le massacre de quatre juifs en prière dans la synagogue Bnei Thorah de Jérusalem avec des haches et des couteaux de boucher, dans lequel sept autres personnes ont été blessées et un policier israélien a été tué.

Jarrar a fait l’éloge des cinq meurtriers qui ont fait de 26 enfants des demi-orphelins comme „camarades, martyrs du front (FPLP), héros de la gloire, héros de la réponse du peuple“.

Néanmoins, Sommaruga a de nouveau travaillé dur pour le terroriste lorsque Jarrar a été arrêté le 2 avril 2015 à Ramallah. Le 3 avril 2015, Sommaruga a écrit sur Facebook qu’elle était «sans inculpation» en détention parce qu’elle «dit la vérité».

Jarrar a plaidé coupable d’avoir kidnappé des soldats israéliens et un membre de l’organisation terroriste interdite FPLP. Le 6 décembre 2015, elle a été condamnée à 15 mois de prison et 10 mois supplémentaires d’emprisonnement, avec sursis pendant cinq ans.

Sommaruga ne prend note de rien de tout cela, au contraire il fournit continuellement aux médias une désinformation délibérée, où il n’y a toujours et partout qu’un seul coupable: Israël.

Sommaruga a écrit le 3 avril qu’elle était détenue «sans inculpation» pour «avoir dit la vérité» 2015 sur Facebook. Photo Facebook / Carlo Sommaruga

Mais ce n’est pas seulement le salon communiste Sommaruga qui semble avoir la chair de poule dans le dos quand il sait qu’il est en compagnie de terroristes et d’assassins.

Même le DFAE n’a aucun problème avec le fait qu’il conclut également des pactes avec les terroristes du Hamas en finançant l’UNRWA antisémite. Bien au contraire: Julien Thöni, employé du DFAE, a été photographié avec un sourire suffisant lors d’une «visite d’État» avec le chef du Hamas Yahya Sinwar en 2018.

Le représentant du DFAE, Roland Steininger, était fier de se faire photographier lorsqu’il a reçu un tableau avec le „Dôme du Rocher“ à Jérusalem en cadeau du chef politique du Hamas, Ismail Haniyeh (il figure sur la liste américaine des terroristes mondiaux depuis 2018) .

Dans une interview accordée à la Neue Zürcher Zeitung le 1er février 2010, le secrétaire d’État du DFAE Jakob Kellenberger s’est vanté d’avoir «des contacts réguliers jusqu’au sommet de la direction du Hamas» dans la bande de Gaza. Face à cette aberration diplomatique et morale indescriptible de mener un «dialogue» avec les assassins de civils juifs, il est temps pour le Département fédéral des affaires étrangères de rendre compte aux contribuables de ce qu’il a fait en plus de 70 ans que La Suisse vend ses soi-disant «bons offices» dans le conflit au Moyen-Orient et a des résultats concrets à montrer.

Dans quelle mesure le DFAE a-t-il fait progresser le processus de paix? Qu’a réalisé le DFAE au cours des décennies de financement des ONG anti-israéliennes et des coffee-parties avec des terroristes? Rien, zéro, nada. Sauf pour les photos de propagande pour le Hamas avec des employés de l’EDA.

L’ancienne conseillère nationale du SP Micheline Calmy-Rey, qui a toujours été une critique éminente de l’État juif, est à l’origine de la poussée anti-israélienne non dissimulée du DFAE. Ses positions résolument anti-israéliennes en tant que ministre des Affaires étrangères façonnent à ce jour l’attitude aversive du DFAE envers Israël. En 2010, sous l’égide de Calmy-Rey, le DFAE a publié une prise de position sur le conflit au Moyen-Orient, qui a été fortement critiquée et rejetée par les membres de la commission des affaires étrangères du Conseil national: Calmy-Rey «pilonnait unilatéralement» Israël sans s’attaquer à l’Iran. violations du droit international.

Cela empêche «la Suisse de réapparaître comme un intermédiaire équitable au Moyen-Orient et de jouer un rôle dans le processus de paix».

À son successeur Didier Burkhalter, qui a fermé les yeux sur les doléances du DFAE et le financement de l’UNRWA, dans les écoles infiltrées par le terroriste Hamas les enfants et les jeunes sont éduqués à haïr les Juifs et formés à l’utilisation d’armes dans les camps de vacances de l’UNRWA un Ignazio Cassis intrépide toutes les vertus supposées du politiquement correct à la mer et avec son analyse critique de l ‚«organisation humanitaire» palestinienne a fait ce que tout honnête ministre suisse des Affaires étrangères aurait dû faire il y a longtemps: il a dit la vérité.

La terroriste du FPLP Khalida Jarrar est actuellement emprisonnée en Israël pour son implication dans un attentat à la bombe dans lequel l’Israélienne de 17 ans Rina Shnerb a été assassinée en 2019. On ne sait pas si Carlo Sommaruga se vante toujours d’elle en tant que «collègue courageuse au parlement qui dit la vérité».

David Klein ist Kulturschaffender und Journalist.

Kommentar verfassen

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.