Foto קובי גידעון - לשכת העיתונות הממשלתית, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=65300543
Foto קובי גידעון - לשכת העיתונות הממשלתית, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=65300543

Les principales nouvelles de la semaine écoulée, qui ont impacté les élections israéliennes, proviennent de la décision du Procureur Général de l’Etat Avichaï Mandelblit. Le 28 février, il a annoncé son intention d’inculper lev premier ministre Binyamin Netanyahu pour corruption, fraude et abus de confiance. Le Likoud a lancé un effort de dernière minute pour convaincre la Cour Suprême d’empêcher Mandelblit d’annoncer sa décision avant les élections.

 

Par Manfred Gerstenfeld

La veille, le Professeur de droit américain prédominant, Alan Dershowitz, a publié une lettre ouverte dans le quotidien Haaretz. En se fondant ur les preuves existantes, il a rejeté la légitimité de la totalité des trois dossiers contre Netanyahu. Dershowitz a ainsi résumé sa position : ” Abattre un premier ministre dûment élu sur le fondement d’une plainte coûteuse et sans précédent de statut criminel aussi vague qu’élastique met la démocratie en péril“.

L’annonce de Mandelblit sera suivie d’auditions de Netanyahu accompagné par ses avocats, préalables à la mise en examen, uniquement après les élections. Si, après les élections, Netanyahu parvient à demeurer premier ministre, il devra démissionner au cas où il y aurait annonce ferme et définitive d’inculpation. Si tel était le cas, cela aura lieu, au plus tôt, vers la fin de cette année.

Même si le bloc de droite obtient la majorité lors des élections à venir pour la Knesset, l’annonce faite par Mandelblit rendra plus difficile pour Netanyahu de former un gouvernement. Il est possible qu’en ce cas le Likoud devra désigner un autre candidat de façon à former et diriger un gouvernement.

Le dirigeant du parti Bleu et Blanc, Benny Gantz, a réagi à l’annonce de Mandelblit en déclarant qu’il ne se joindrait pas à un gouvernement dirigé par Netanyahu. Netanyahu a focalisé sa réaction sur le moment choisi de livrer de telles accusations. Il a argumenté sur le fait qu’elles sont destinées à faire tomber la droite et il a désigné ces accusations comme une “chasse aux sorcières”.

L’annonce de Mandelblit a impliqué le système judiciaire dans la campagne électorale. C’est un dangereux précédent. Le Procureur de l’Etat Shaï Nitzan a réagi contre ces accusations provenant de sources du Likoud qui parlent de parti-pris politique des procureurs. Les déclarations de Nitzan pourraient s’attirer des attaques supplémentaires de candidats du Likoud contre les procureurs dans les semaines à venir.

Les sondages des prmeiers jours suivant l’annonce de Mandelblit n’indiquent pas vraiment que le Likoud ait perdu des suffrages. Pourtant, le Likoud rassemblé à ses principaux partenaires, la Nouvelle Droite, l’Union des partis de Droite, le Judaïsme Unifié de la Torah,le Shas et Kulanu, obtient 59 sièges dans les trois premiers sondages à la suite de l’annonce, ce qui représente trop peu pour créer un gouvernement.

Selon ces sondages, Bleu et Blanc et ses partenaires naturels, le parti travailliste et l’extrême-gauche, avec le Meretz, emporteront 52 sièges. Cependant, avec un ou deux partis arabes, Bleu et Blanc sera en mesure de bloquer le Likoud en l’empêchant de former un gouvernement orienté à droite. Savoir comment une telle paralysie pourrait être résolue – si elle advient – relève de la spéculation de haute voltige.

Le programme électoral du parti Bleu et Blanc sera bientôt publiée. Divers articles prétendent qu’il comprendra la mise en place de transports publics le Shabbat pour les villes qui le souhaitent. On s’attend aussi à ce qu’il intègre uneloi sur les marchés de proximité, qui donne au Ministre de l’Intérieur le pouvoir de rejeter les règlements municipaux. Cela pourrait accroître le nombre de boutiques commerciales ouvertes le Shabbat.

Il est aussi probable qu’il contienne le renforcement d’une loi déjà existante, qui exige que toutes les écoles enseignent au moins 11 heures par semaine d’anglais, de mathématiques et de sciences, en stipulant que sans l’étude de ces matières, les écoles ne recevront pas de financement de la part de l’Etat. Ces orientations politiques entrent en conflit direct avec les aspirations des partis ultra-orthodoxes.

Selon une source au sein du parti Bleu et Blanc, ce programme inclura aussi la mise en place d’une décision précédente consistant à soutenir l’instauration d’un local pavillonnaire de prière pour les courants non-orthodoxes au Kotel (Mur Occidental). Ceci se profile dnas le but de restaurer les relations avec la Diaspora.

Il y a aussi eu des reportages portant sur le programme diplomatique de Bleu et Blanc. On y prétend qu’il soutiendrait une Jérusalem unifiée comme capitale d’Israël, le contrôle israélien sur la Vallée du Jourdain et de conserver des blocs d’implantations sur la Rive Occidentale du Jourdain, ou Judée-Samarie. Le parti viserait également à entrer en négociations avec les Palestiniens. Cependant, l’Autorité Palestinienne pourrait ne pas trouver d’intérêt à négocier sur cette base.

Alors que la campagne électorale est, à présent, le plus largement perçue comme une bataille entre les deux partis dominants, on porte très peu d’attention, dans les médias, aux déclarations des autres partis et de leurs dirigeants. En même temps, se sont élevées des allégations de harcèlement sexuel, il y a plus de 40 ans, à l’encontre de Gantz, de la part d’une présumée victime. Gantz a fermement démenti ces accusations.

Netanyahu et Gantz se sont affrontés. Gantz a appelé Netanyahu à faire preuve de sens des responsabilité et à démissionner à la suite de la déclaration de Mandelblit. Il a déclaré : “Si et quand vous aurez fait la preuve de votre innocence, vous serez en mesure de revenir dans l’arène publique la tête haute. J’attends de vous que vous meniez vos battailles judiciaires en tant qu’homme privé et je vous souhaite pleine réussite dans cette entreprise“.

Lors d’un discours du 4 mars, Netanyahu a déclaré qu’il avait déjà résisté à 8 ans de pression dirigée par l’ancien président américain Barack Obama, afin qu’il fasse des concessions aux Palestiniens. Il a ajouté que dans une telle situation, Gantz et Lapid n’auraient pas tenu 15 minutes. Il a aussi critiqué les politiques économiques gauchistes envisagées par Bleu et Blanc, ains que l’introduction en politique du dirigeant travailliste de la Histadrut, Avi Nissenkorn, en position d’avant-garde sur leur liste.

Ces attaques sont un avant-goût de ce à quoi on doit s’attendre dans les semaines à venir, menant aux élections du 9 avril.

Dr. Manfred Gerstenfeld a présidé pendant 12 ans le Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem (2000-2012). Il a publié plus de 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme. Adaptation: Marc Brzustowski. Première publication par Jforum.fr

Diesen Beitrag teilen
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •